Site officiel de la mairie de Solliès-Pont (Var), capitale de la figue
Mairie de Solliès-Pont - Moteur de recherche
Mairie de Solliès-Pont - L'agenda officiel
Mairie de Solliès-Pont - L'agenda officiel

ANTOINE GROIGNARD

Ingénieur général de la Marine

Né à Solliès-Pont le 04 février 1727, fils d'Arnaud ancien capitaine de bâtiment marchand et d'Elisabeth Sénès.

Elève de l'école de construction navale créée par Duhamel du Monceau à Paris, sous-constructeur à Brest en 1747 puis à Rochefort en 1749. Ingénieur constructeur en 1754, il étudia l'arrimage des vaisseaux et modifia l'ordonnance des charpentes pour accroître la solidité. Attaché au service de la compagnie des Indes, il mit au point pour elle des bâtiments propres à la fois au combat et au commerce. Pendant la guerre de Sept Ans, il assura brillamment la défense du Havre lors d'une attaque anglaise grâce à des batteries flottantes (1759). Cette même année, il partagea avec Euler un prix de l'académie des Sciences pour un mémoire sur la solidité des vaisseaux. Ingénieur-constructeur en chef en 1765, il remporta un prix de l'académie de Marine avec un mémoire sur l'arrivage des vaisseaux. Membre de cette académie en 1769. Chargé en 1773 de la construction des bassins de Toulon, il résolut les difficiles problèmes techniques que posait cette entreprise en imaginant un grand ensemble en bois de chêne de 100 m. de long et de 30 m. de large, de l'immerger, de le maintenir sur le fond grâce à des pilotis placé autour et de finir la construction en pierre de taille de Cassis. En 1778 on put, pour la 1er fois en Méditerranée mettre à sec dans un bassin un vaisseau de 74 : Le Souverain.

Il fut nommé ingénieur général de la marine avec rang de capitaine de vaisseau en 1782. Par lettre d'anoblissement de 1776, il reçut pour blason d'argent, à trois hures de sanglier de sable défendues d'or, posées 2 et 1 et pour devise : Mare Vidit et Fugit.: la mer l'a vu et s'est retirée. Il alla travailler aux bassins de Brest et les mis en état de recevoir les plus gros vaisseaux. Malade, il dut se retirer en 1790. Nommé ordonnateur à Toulon en 1798, il mourut à Paris le 8 thermidor an VII (26 juillet 1799).

Au musée de la marine à Toulon, on peut voir un buste de lui.