> Accueil > Les secteurs > Urbanisme / Environnement > Environnement
Site officiel de la mairie de Solliès-Pont (Var), capitale de la figue
Mairie de Solliès-Pont - Moteur de recherche
Mairie de Solliès-Pont - L'agenda officiel
Mairie de Solliès-Pont - L'agenda officiel

Environnement

EVALUATION ET GESTION DU BRUIT DANS L'ENVIRONNEMENT


Le Conseil Municipal a approuvé le 17 septembre 2015, le Plan de prévention du bruit dans l’environnement (PPBE) et la cartographie stratégique du bruit (CBS).

Le plan de prévention du bruit dans l’Environnement (PPBE) a pour objectif de réduire les niveaux sonores et de préserver les zones calmes. Il recense les mesures prévues par les autorités compétentes pour traiter les situations identifiées par les cartes de bruits.

La carte de Bruit Stratégique (CBS) a pour objectif de fournir des données sur l’exposition aux bruits de la population, d’informer le public, et de servir de base à l’établissement de plans d’action.

--------------------------------------------

LIMITATION DE L'USAGE DES PESTICIDES CHIMIQUES DANS LES ESPACES PUBLICS



Pour réduire les pollutions diffuses et les risques et les risques pour la santé, les communes n'ont plus le droit d'utiliser de produits phytosanitaires chimiques depuis le 1er janvier 2017,  pour l'entretien des forêts, promenades, espaces verts et voirie, hormis les produits labélisés "utilisable en agriculture biologique" (UAB), les produits de bio-contrôle ou à faibles risques.
Dans certaines conditions, des exceptions peuvent être envisagées pour les stades et les cimetières, mais aussi pour certaines voiries, dès lors que l'entretien s'avère difficile ou dangereux pour le personnel  ou les usagers, ou qu'il entraine des sujétions disproportionnées pour l'exploitation routière.
Cette disposition émane de la loi de transition énergétique pour la croissance verte et s'impose à l'Etat, aux collectivités territoriales et aux établissements publics. Elle est venue accélérer le processus prévu par celle du 6 février 2014, dite loi Labbé, qui fixait initialement l'échéance à 2020.
Désormais, la tâche est considérable pour nos jardiniers et pour le personnel affecté à la propreté de la ville, car le fait de ne plus utiliser d'anti-germinatifs et de désherbants chimiques a pour conséquence un développement accru de l'herbe sur les bords des chaussées, des trottoirs, sur les allées, les chemins, les places et plus généralement les jardins.



L'application de ces produits phytosanitaires permettait de diminuer  considérablement le temps passé aux opérations de désherbage. Pour y remédier notre personnel doit  maintenant faire appel à de nouvelles pratiques, à des moyens  mécaniques ou manuels qui demandent plus de temps et de main d’œuvre.
Pour faire face à cette nouvelle directive, la mairie a mis à l'étude un plan de gestion alternatif à l'usage des pesticides (Plan de désherbage) dont l’objectif est de définir les nouvelles méthodes de désherbage ainsi que les moyens appropriés et de positionner les interventions pour préserver la qualité des eaux superficielles et des nappes phréatiques. Pour établir ces préconisations  il a été préalablement réalisé un diagnostic du patrimoine existant (espaces verts et voirie) et des pratiques.


L'Agence de l'eau Rhône-Méditerranée-Corse est partenaire decette démarche et est susceptible d’aider financièrement la commune pourl’étude qui a été réalisée, et pour l'acquisition du matériel adapté aux zonesà désherber.








En attendant, les différents services s'activent pour faire face à l'exubérance de la végétation, et mettent en œuvre de nouvelles pratiques avec notamment le paillage de la plupart des espaces verts.


Il faut noter aussi que l’interdiction d’utiliser des pesticides chimiques s’appliquera aussi pour les particuliers, dans les jardins, sur les balcons, les terrasses, etc… à compter du 1er janvier 2019.
                                

Le débroussaillement, un acte civique responsable

L’objectif du débroussaillement est de « diminuer l'intensité et de limiter la propagation des incendies par la réduction des combustibles végétaux en garantissant une rupture de la continuité du couvert végétal et en procédant à l'élagage des sujets maintenus et à l'élimination des rémanents de coupes » (article L. 321-5-3. du code forestier).

Le débroussaillement et le maintien en état débroussaillé sont obligatoires sur les zones situées à moins de 200 mètres de bois, forêts, maquis, garrigue, plantations.
Il doit être réalisé de façon continue sans tenir compte des limites de propriété (le feu ne les connaît pas !) :
  • aux abords des constructions sur une profondeur de 50 mètres.
  • de part et d’autre des chemins d’accès aux bâtiments sur une largeur de 10 mètres.
    NB. L’obligation existe que le terrain soit construit ou non et quels qu’en soient son propriétaire et sa superficie.


En cas de problème, n’hésitez pas à contacter le CCFF (Comité Communal des Feux de Forêt) en téléphonant au secrétariat de la mairie : 04 94 13 58 18.


Préserver nos forêts, c’est l’affaire de tous, ne prenez pas de risques inutiles

--------------------------------------------

Prévention des risques

Fiche d'informations sur les risques naturels et technologiques majeurs (article L 125-5 du code de l'environnement)

Informations actualisées sur les crues :

http://www.vigicrues.gouv.fr/niv_spc.php?idspc=22

--------------------------------------------

Garder la ville propre


La propreté au quotidien est un poste important à Solliès-Pont. Le ramassage des papiers et autres déchets ne se limite pas au centre-ville, leur gestion à partir de tris sélectifs a fait l’objet depuis 8 ans d’efforts considérables. L’élimination des tags et la maîtrise de la pollution canine participent aussi à la mise en valeur de notre cité.


Dans le cadre des travaux de rénovation du centre ancien et du centre urbain, la commune a réalisé depuis 2009 les aménagements suivants :

  • Containers enterrés des ordures ménagères : 40 sites ont été aménagés en remplacement des containers disgracieux.
  •  Tri sélectifs : 14 sites ont été aménagés avec des conteneurs enterrés ou semi enterrés.
  •  et des espaces verts d’accompagnement pour intégrer ces équipements ont été réalisés et entretenus.
  •  Des campagnes de communication et sensibilisation sont menées régulièrement avec plusieurs médias, et animées par des ambassadeurs du tri.


 Enfin, dans le cadre des différents projets d’immeubles collectifs, la commune exige que soient créés de nouveaux sites de conteneurs enterrés d’ordures ménagères.

Mais ces efforts seront de faible portée si le civisme n’est pas au rendez-vous.

Les règles sont simples

  • Ne jamais déposer de sacs-poubelles à côté des conteneurs (enterrés ou non). Pour les conteneurs enterrés, une pastille verte signale qu’il y a encore de la place. La capacité sera augmentée pour les futurs emplacements.
  • Utiliser le tri sélectif pour les emballages recyclables (papier, cartons, plastique, verre).
  • Prendre rendez-vous pour l’enlèvement des encombrants ( 04 94 27 87 31). Dans ce cas, les déposer la veille devant son domicile après 20h.

Les dépôts sauvages ont un coût supplémentaire pour la commune : le conseil municipal du 28 mai 2009 a décidé, à l’unanimité, de le répercuter sur les pollueurs.

Les contrevenants devront payer : une amende + les frais d’enlèvement et de nettoiement :
  • 25 € pour des dépôts sauvages de déchets ménagers.
  • 80 € pour des dépôts sauvages d’encombrants.


En cas de récidive, les montants passent respectivement à 45 € et 150 €

Pour en savoir plus


 

TRI SELECTIF

 

Les points d'apport volontaire, gérés par le SITTOMAT sont disponible ici